Très loin vers le nord, là où nait la brume...

Dans les décors abrupts et grandioses de Terre-Neuve, sur fond de quête du père, une troublante histoire de transmission et de violence sourde, racontée avec brio par le duo Christian Perrissin / Christophe Gaultier.

Dents serrées et regard las, un solitaire que l’on devine malmené par l’existence, Josh Slocombe, revient à Terre-Neuve sur les traces de son histoire familiale chaotique. Au coeur secret de son voyage, la quête du père, figure mutique et dure dont on a perdu la trace sur ce bout de terre désolée, si âpre que chaque jour est une lutte pour lui arracher de quoi survivre.

 

« Un parcours de vie aux accents hantés. »

 

Ruthie-Jane dont il fait la connaissance, plus douée pour la vie que lui, le pousse à se rechercher lui-même. Au fil de cette introspection en forme de dérive, on démêlera, souvent dans la douleur, l’histoire abrupte de cette famille violente, où dominent dégoût de soi et incapacité à exprimer ses élans.

Dans ce monde des confins tour à tour glauque et grandiose, un parcours de vie aux accents hantés, racontée avec brio par le scénariste Christian Perrissin (auteur de Martha Jane Cannary) et le dessinateur Christophe Gaultier, (Arsène Lupin – Les Origines), qui lui donne graphiquement la réplique, dans un registre charbonneux.


Là où nait la brume, Christian Perrissin et Christophe Gaultier, 23 août 2017, 17 euros, 72 pages.