Retour à la vie

Palavas-les-Flots, l’un de ces étés d’aujourd’hui, si immanquablement semblable à tous les autres. Un couple, plus si jeune, y débarque pour ce qu’on devine être ses congés annuels. Sauf qu’un événement totalement imprévu bouleverse de fond en comble ces vacances annoncées, conduisant la femme à devoir gérer seule un séjour balnéaire qui, dès lors, prend une tournure fort étrange…
 
«Une impeccable mise en évidence du potentiel de
la bande dessinée, dans toutes ses composantes. »
 
Sur cette trame en apparence plutôt ténue, Lewis Trondheim au scénario et Hubert Chevillard au dessin mènent sur près de 120 planches un récit virtuose, habités par des personnages intensément vrais. La performance
est d’autant plus impressionnante que Je vais rester dépeint cette histoire presque banale et pourtant totalement ébouriffante avec une constante économie de moyens : un usage des mots compté au plus juste et des images ciselées dont on devine que chacune d’elles a été soigneusement pensée, au plus près de ses possibilités narratives. Une impeccable mise en évidence du potentiel de la bande dessinée, dans toutes ses composantes, et au final un grand livre pour enchanter ce début d’année, par un tandem d’auteurs au meilleur d’eux-mêmes.