Mon Traître, Une Tragédie Irlandaise

Pourquoi avoir voulu adapter Mon Traître ?

Pierre Alary : J'ai découvert le roman sur un conseil de ma compagne. Je l'ai beaucoup aimé. Et presque aussitôt,l'évidence de son potentiel d'adaptation en bande dessinée m'a frappé. Mettre en image le présent, les automobiles, l'architecture contemporaine, etc., je m'y étais toujours plus ou moins refusé. Mais j'y ai vu une occasion de m'aventurer en terre inconnue.

 

" Sorj Chalandon m'a fait confiance en me disant "fais ton propre livre" "

 

Avec confiance ?

P. A : Oui, parce que j'ai très vite pu rencontrer Sorj Chalandon, et qu'il m'a fait confiance en me disant " Fais ton propre livre ". Il ne voulait pas s'impliquer dans l'écriture  du scénario et des dialogues, mais il était là pour répondre à toutes mes questions, ce qui était généreux de sa part. En même temps, parce que son récit était chargé en émotions, j'ai mesuré à quel point cela pourrait être difficile à transmettre.

Quelles ont été vos lignes directrices ?

P. A : Tout d'abord préserver le texte de Sorj, puisque c'est par lui que passent les émotions. Transposer son travail sous forme de dialogues réécrits n'était pas mon intention, je voulais ses mots. Ensuite, il a fallu mettre au point une structure narrative qui permette les allers-retours entre présent et passé, et surtout restituer au plus juste la relation humaine père fils, si importante dans cette histoire.

Avez-vous ressenti le besoin de vous rendre en Irlande du Nord ?

P. A : Non, mais je suis déjà allé plusieurs fois en Irlande. Et puis j'ai beaucoup parlé avec Sorj, qui m'a donné une foule de détails sur les décors, les ambiances, les accessoires, la manière particulière dont peuvent se comporter les Irlandais de cette région.

Avez-vous dû faire des impasses, sacrifier des passages ?

P. A :Forcément un peu, mais il me semble que j'ai préservé l'essentiel. Ce qui m'a guidé, c'est la gravité et l'émotion de ce récit. Je ne voulais pas tricher.

Et maintenant ?

P. A : L'expérience s'est avérée tellement forte que j'entreprends l'adaptation de l'autre livre de Sorj Chalandon sur le rapport traître / trahi / Retour à Killybegs.

 


Mon Traître, Sorj Chalandon, Pierre Alary, 10 Janvier 2018, 20€, 144 P, Préface de Sorj Chalandon